Nous utilisons de cookies propres et de tiers afin d’améliorer votre expérience de navigation et vous offrir de la publicité et des contenus pertinents pour vous. En savoir plus et gérer ces paramètres politique d'utilisation des cookies.

Blog

.

Lire les posts du blog de Kids&Us

Mes camarades d’école ne seraient probablement pas surpris d’apprendre ce que je fais dans la vie. Les langues en général et l’anglais en particulier ont toujours été et demeurent une passion et un hobby pour moi. Cet intérêt est devenu une évidence durant mon enfance. Reste à se demander ce qui m’a poussée, il y a de cela 30 ans, dans des études d’ingénieur si éloignées de ma vocation.

Je me suis lancée dans ces études, convaincue d’un avenir plus prometteur que celui que m’offrirait cet autre environnement qui me plaisait pourtant foncièrement. Mais je n’ai pas mis longtemps à me rendre compte qu’en n’écoutant pas mon cœur j’allais être malheureuse. Comment pouvais-je consacrer mon temps et ma jeunesse à quelque chose qui m’était extrêmement compliqué et demandait de gros sacrifices de ma part, quand une alternative s’offrait à moi, beaucoup plus simple et stimulante au vu de mes compétences ?

Mon père, qui essuya une grosse déception quand je décidais de changer d’orientation, me dit parfois : “Comme tu as bien fait de changer de voie !”. Le temps a prouvé que faire ce que l’on aime est révélateur de brio. Il est tellement difficile de briller dans ce qui nous passionne, que je ne puis imaginer ce qu’il en coûte lorsqu’on ne prend pas plaisir à exercer son métier. Ce petit chapitre de ma vie m’a fait réfléchir sur l’importance de laisser nos enfants écouter leur voix intérieure ; la voix du talent, celle que nous renfermons tous et que nous taisons trop souvent, pour la simple raison… qu’on réfléchit trop !

 

 

*Photo: Emprendedores

  1. 1553
Partagez-le sur >

Commentaires

Laissez-nous un commentaire

Pour pouvoir laisser des commentaires vous devez vous enregistrer.